Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Maurs la Jolie

Petite commune du Cantal surnommée la Nice du Cantal

SUC Firmin, l'enfant du païs

Publié le 20 Mai 2017 par Maurs la Jolie in Personnalités

"Firmin SUC, simple élève d'une école primaire, petit employé dans un bureau de Poste, et mort à la fleur de l'âge, est tout bonnement un jeune homme hors rang et par les dons de l'esprit et par les qualités du coeur. S'il est un phénomène intellectuel puisqu'il s'est formé tout seul, a été son propre maître, a tout tiré de lui-même, il est aussi un miracle de la grâce." (Texte tiré du Journal de Firmin Suc, précédé d'une étude sur sa vie)

J'ai découvert cette personnalité lors d'une balade dans le "vieux" cimetière de Maurs, une belle tombe avec un superbe buste (ci-contre) qui la surplombe

Tombe de Firmin SUC et sa famille à Maurs
Tombe de Firmin SUC et sa famille à MaursTombe de Firmin SUC et sa famille à Maurs

Tombe de Firmin SUC et sa famille à Maurs

Il est (1)né à Maurs le 11/03/1864 ou il (1)décèdera le 17/02/1887, fils du jardinier SUC Pierre et de SERRES Christine qui décèdera lorsque Firmin aura 3 mois. Son père Pierre prendra seconde épouse un an après, car élevé un enfant si petit pour un homme à cette époque ne devait pas être facile, cette femme qui s'appelle Elisabeth ESPINASSE élèvera Firmin comme son propre fils en lui donnant tout l'amour qu'une mère peut donner à son enfant. A première vu le couple n'aura pas d'enfant, ils se concentreront sur l'éducation de Firmin.

Il veut pas aller à l'école publique, il va préférer étudier auprès des religieux de Maurs. En 1880, il veut entrer à l'école normale, affronte le concours et est déclaré admissible. Seulement, cet admissible n'est pas admis, on le l'appelle pas. Le pauvre jeune homme, encore un enfant, il n'a que 16 ans, ne se décourage pas et demande à aller à l'école normale d'Alger. Il fournit les pièces nécessaires ; mais ses pièces paraphées et reparaphées vont chez l'inspecteur d'académie mais n'en sortent pas...
Que faire donc, à Aurillac et Alger, rien? Mais il y à Rodez, il va à Rodez et le 29 avril 1881 il y trouve le brevet simple : Firmin est instituteur, mais rien n'arrête Firmin, il veux concourir pour les Postes et Télégraphes. On l'envoie à Brest, puis le Havre, puis Paris, puis Clermont, puis Nice. Quel parcours pour un simple enfant de jardinier, sortie d'une école primaire, entré dans un bureau subalterne et mort bureaucrate à l'âge de 23 ans !

Généalogie de SUC Firmin

Généalogie de SUC Firmin

Si cette histoire vous interesse, je vous propose de la découvrir en ligne sur le site de BNF Gallica 💻 : Journal de Firmin Suc, précédé d'une étude sur sa vie ou si vous souhaitez comme moi avoir entre les mains un bon vieux livre 📓 faut chercher sur des sites comme EBay ou PriceMinister ou vous pourrez le trouver pour la modique somme de 20~80€ selon son état.

Commenter cet article